• CHAT BINATNA

Décés de Alioua Noureddine dit «Nani».

Vous venez de découvrir le site ? Découvrez le Forum ! Venez échanger vos idées sur le site... sur Annaba d'hier et d'ajourd'hui. Marhaba bikoum !

Décés de Alioua Noureddine dit «Nani».

Messagede saidadjoul le Mar 30 Juin, 2009 23:46

Bonsoir,

un tres cher enfant de la ville vient de nous quitter c'est notre bien aimé Alioua noureddine dit NANI pour les intimes, connu pour son amour de la chanson châabi et étant chanteur lui meme depuis son jeune age Nani nous a fait vibré avec sa belle voix , son honneteté et sa simplicité, nous prions ceux qui l'ont connu d'avoir une pieuse pensée pour lui, que Dieu lui accorde sa miséricorde, Allah yrahmek ya khouna Nani et que ta place soit au paradis !!

Voici sa biographie éditée par Omar Touati.

Annaba vient de perdre l’un de ses plus talentueux cheikhs de la chanson chaâbi, Alioua Noureddine dit «Nani». Auteur, chanteur et compositeur dans le genre musical chaâbi, il s’est éteint hier à Dubaï à l’âge de 45 ans, suite à une maladie. Son corps va être rapatrié à Annaba, sa ville natale, où il y sera inhumé.
Alioua Nouredine, Nani pour les intimes, est né en 1964 dans le plus grand faubourg de Bône, en l'occurrence la Colonne, dans le quartier dit Saint-Anne. Il avait tout juste 14 ans lorsqu'il vint à la chanson chaâbi, sous la férule de cheikh Souilah Abdelmadjid. C’est le regretté Hadj Moussa-Ali qui l’inscrivit au conservatoire de musique de Annaba, pour l’initier au solfège. Ensuite, il côtoya ses aînés de la chanson chaâbi à l’image des maîtres Brahim Bey, Benaïssa, Khrouf et beaucoup d’autres. Il excellait dans le genre du maestro du chaâbi, l’Algérois El-Kobi. Son instrument de musique préféré était le mondole, qu’il maniait de main de maître. Sa voix chaude et cuivrée, ses intonations langoureuses et transcendantes, ont fait de lui le parfait cheikh chaâbi, qui jouissait d’une popularité incontestable à Annaba et même à travers le pays. De son vivant, il avait un répertoire assez étoffé, et a enregistré quatre cassettes et CD, contenant près d'une trentaine de chansons. Son compagnon de route, Ali-Abdesmad, musicien dans le même orchestre que cheikh Nani, nous apprend qu’il a débuté avec le défunt au CEM du Pont Blanc, où ils étudiaient ensemble. Son autre intime, le dentiste Aït-Youcef Messaoud, lui également féru de chaâbi et musicien, a eu beaucoup de peine à nous parler de cheikh Nani, dont la subite disparition l’a complètement bouleversé : «Nous l'avions intimement fréquenté. Nous avions eu à apprécier l’homme bon, généreux, cultivé, sociable et profondément patriotique. » Lui, qui de son vivant, n’a cessé de chanter l’immigration, est décédé à l’étranger, loin de son pays qu’il chérissait tant. Nani a laissé derrière lui une jeune femme et deux enfants en bas âge. Ingénieur en électromécanique de formation, il travaillait au port autonome de Annaba, avant de se déplacer en famille, il y a trois ans, à Dubaï avec la société française Veritas. Il allait incessamment rejoindre sa femme et ses deux enfants qui se trouvent en vacances à Annaba. Mais le destin imprévisible et cruel en a décidé autrement, en l’arrachant à la vie à la fleur de l’âge, sans qu'il puisse une dernière fois revoir Annaba, sa ville natale. La voix de Nani et son sourire éternel resteront à jamais gravés dans les cœurs de tous ceux qui l’ont connu, entendu ou tout simplement approché. Et comme on l’avait si bien dit pour les défunts cheikhs Hassen El- Annabi et Nacer Berrehail : «Une voix s’est tue, mais sa résonance demeure».
Omar Touati
Avatar de l’utilisateur
saidadjoul
Moula Rezk
 
Messages: 54
Inscription: Ven 17 Avr, 2009 18:35
Localisation: El-Bouni Annaba

Retourner vers Forum de Annaba

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 2 invités

cron